48 heures VM

Déchets du bâtiment : la REP sous haute surveillance

La pression monte pour les professionnels du bâtiment sur la gestion des déchets de chantier, alors que l’Ademe doit publier d’ici la fin de l’année, l’étude de préfiguration de la filière REP (responsabilité élargie du producteur) qui vise à organiser une reprise « gratuite » des déchets de chantier triés. Mais comme rien n’est gratuit, « il s’agit de trouver une hausse raisonnable des prix des matériaux, pour financer la reprise des déchets, le développement de nouveaux points de collecte pour resserrer le maillage déjà existant, mais aussi l’éradication des dépôts sauvages sur lesquels nous n’avons aucune donnée chiffrée, et enfin, financer le développement d’une filière de recyclage », a résumé Stéphanie Coullon, ingénieure environnement de la FFB, dans le cadre d’une conférence organisée par Pollutec, mercredi 2 décembre. 


Si les débats ont permis de faire valoir le point de vue de chacun, tous les intervenants s’accordaient sur les déchets amiantés. « Laissons-les dans la mécanique de travail actuelle qui fonctionne bien », préconise Françoise Weber, directrice des schémas REP de Véolia Propreté. Car à l’heure actuelle, « on ne sait pas si ces déchets se situent en dehors des REP, s’inquiète Stéphanie Coullon. Il n’y a plus de producteur, comment va-t-on financer la reprise de ces éléments ? »

Route à induction : Eurovia lance un projet pilote en Allemagne

Vinci a annoncé que sa filiale Eurovia lançait un projet pilote de route à recharge électrique dynamique par induction en Allemagne, dans la ville de Karlsruhe. Une première pour le spécialiste des travaux routiers, qui a signé un accord de collaboration avec l’entreprise ElectReon, spécialisée dans la recharge de véhicules électriques. 


Dès 2021, Eurovia équipera donc les voiries du centre de formation de l’énergéticien EnBW de Karlsruhe, pour une expérimentation sur une longueur de 100 m. Dans un second temps, 600 m de voirie publique, reliant le centre de formation à la ville de Karlsruhe, devraient être construits. La société de transport public qui opère au sein de la commune allemande a l'intention d'utiliser ce système pour charger certains de ses bus, a fait savoir l’entreprise. Concrètement, l'infrastructure sera dotée de bobines à l’intérieur desquelles circulera un courant électrique. Lorsqu’un véhicule électrique se déplacera sur les sections concernées, il captera ainsi une partie de ce courant qui sera transféré au moteur à l’aide d’un convertisseur pour permettre la recharge sans utiliser la batterie. Le début des travaux est prévu courant février 2020.